Histoires de Photographe

Millesternes dans Visite Privée sur France 2 le 22 mars

Le mercredi 22 mars sera diffusé sur France 2  à 15h40, l’émission de Stéphane Bern, Visite Privée consacrée à “L’incroyable Baie de Somme”.

Millesternes ambassadeur

Dans le cadre de ce reportage, un tournage a été réalisé au Parc du Marquenterre. Il s’agissait de présenter, entre autre, ce haut lieu de la photographie ornithologique à travers le regard d’un photographe, et c’est l’un de nos photographes, David qui s’est plié à ce exercice ! Pas évident du tout, mais ce fût une expérience intéressante ! Merci à l’équipe du tournage, Nawaelle et Christophe.

C’est aussi l’occasion à travers cette émission de découvrir le travail de Philippe Carruette et de l’équipe du Parc du Marquenterre.

Si vous ne pouvez voir cette émission, elle sera disponible en replay sur le site France 2 : http://pluzz.francetv.fr.

Read more

Le tanguy (suite)

Points blancs à l’horizon
C’est parti pour une petite marche dans l’eau, pour me rapprocher de ces silhouettes que je distingue au loin. Quelques dizaines de minutes plus tard, j’arrive à portée d’objectif de ces oiseaux, qui maintenant que je les distingue, sont bien des spatules blanches. Je déclenche une première fois pour voir si les oiseaux perçoivent le bruit de mon boitier. La réponse est oui à priori, mais ils semblent s’en accommoder !

Spatules Blanches au repos

Harcèlement
6h30. Cela fait une heure que je photographie la petite colonie de spatules en me rapprochant petit à petit afin de ne pas les effrayer ; mais en étant suffisamment près pour saisir des comportements intéressants. Depuis un quart d’heure,  je suis ce jeune qui harangue son parent sans cesse pour quémander sa nourriture.  Il est vraiment très « pressant » et je plains l’adulte auquel il ne laisse aucun répit ! Puis le bon moment arrive : le jeune plonge directement son bec dans le jabot de l’adulte sous l’oeil amusé d’une mouette ! Stupéfiant !
Spatules Blanches

Le juvénil introduit son bec dans le jabot de l’adulte pour attraper de la nourriture

Spatules Blanches

Sur les gagnages (lieux d’alimentation) la présences d’adultes déclenche chez les jeunes des comportements de mendicité

Spatules Blanches

Les jeunes se distinguent des adultes notamment par la bordure noire au bout des ailes.

Premier affût
C’est dans la boîte ! La nature est toujours aussi surprenante, quelle image ! Je continuerai à passer de longues heures à observer et photographier ce groupe avant de le quitter aussi doucement que je l’ai approché ; des souvenirs pleins la tête et la carte mémoire…surtout que c’était mon premier affût flottant !
Read more

Le tanguy….

Dans cette nouvelle série baptisée « Mille photos, Mille histoires », nous vous proposons des anecdotes liées à la réalisation de nos images. Derrière chaque image, il y a l’histoire du photographe qui l’a réalisée : le moment, l’ambiance, l’animal, la quête…

Première de cette série, une image de spatule qui a été utilisée pour la couverture de notre calendrier 2017.

18 juillet 2015, 4h30 du matin

Réveillé sans trop de difficulté, certainement dû à l’excitation, je replie vite fait le duvet et enfile mes waders. Je ne suis pas seul à être réveillé, quelques chants d’oiseaux m’accompagnent. Difficile dans le noir complet d’identifier les auteurs des ces chants, je n’ai pas encore l’oreille suffisamment expérimentée. Mon guide m’a laissé là vers 23 heures après m’avoir aidé à « trainer » mon affut flottant dans un recoin de la pièce d’eau où je vais passer une partie de la journée à venir. L’affut flottant est « fait maison » ce qui sous entend…pas léger ! Donc à 23 heures, trimbaler ce radeau sur plus de 500 mètres dos courbé n’est pas le meilleur souvenir, mais cela en vaudra la peine…

De l’eau jusque sous les bras, le moindre faux pas et c’est la chute !

Discrétion assurée !

Les waders enfilées, le matériel prêt, je refais le même chemin que celui réalisé la veille. J’avais passé la nuit dans un affût « en dur » au cas où la météo m’aurait joué des tours.

Les petites fenêtre ne permettent pas une bonne observation. Il faut être vigilant et attentif pour repérer les spatules.

J’arrive à mon affût et je m’y glisse le plus discrètement possible car je perçois au loin des oiseaux et il ne s’agit pas de les effrayer. Le 500 est monté sur le support et passé à travers une des ouvertures de la bâche de l’affut flottant. A ce moment une petite pensée pour la couturière de l’association qui a passé des heures à coudre cette « toile de tente » ! Surtout qu’elle ne passera pas l’hiver suivant (la toile bien sûr !), les conditions météo ne lui auront pas fait de cadeau…

à suivre
histoire de photographe - spatule blanche

Spatule blanche depuis l’affût flottant

Read more

Une légende, une image 14/25

Légende
LONGUES DISTANCE – Le flamant peut faire jusqu’à 50 km pour s’alimenter lui et son poussin.

Le père ou la mère nourrit son petit à l’aide de son bec en régurgitant un liquide translucide plus ou moins rouge, sécrété par des glandes du tube digestif.

Read more

Une légende, une image 13/25

Légende
UNE LONGUE PECHE- Le flamant plonge la tête dans l’eau et avance ainsi à la recherche de nourriture. En raison de leur taille importante comparée à celle de leurs proies, les flamants passent un temps considérable à se nourrir, aussi bien de jour que de nuit.

 

Read more

Une légende, une image 12/25

Légende
FILTRE A VASE – La morphologie du bec permet au flamant de ratisser la vase. La boue est aspirée puis filtrée par les lamelles du bec pour ne garder que les éléments nutritifs.Flamants Roses

Read more

Une légende, une image 11/25

Légende

ARTEMIA SALINA – Le flamant avale principalement de petits invertébrés prélevés dans la vase : crustacés, mollusques, larves , insectes, crevettes. Il doit d’ailleurs sa couleur rose au carotène contenu dans de minuscules crustacés comme l’Artemia Salina.

 

Read more

Une légende, une image 4/25

Légende
PAYSAGE CAMARGUAIS – Le nord de la Camargue est constitué de terres agricoles alors que le sud comprend des marais et des plans d’eau salée où se développe une végétation composée de salicorne et de plantes halophiles.

La question du photographe
Quelle est la spécificité de cette image ?

 

Read more

« Un visiteur inattendu ! »

Lors d’une séance de prises de vues dans une réserve de Camargue, nous observions un groupe d’aigrettes et de spatules. A notre grande surprise, nous avons vu arriver un… renard ! Celui-ci a traversé l’étendue d’eau calmement, mais sous étroite surveillance des aigrettes.

La situation est restée très calme alors que nous nous attendions à une fuite des oiseaux.

Le fait est que les nichées des oiseaux n’étant pas au sol, les aigrettes n’avaient pas grand chose à craindre de Maître Goupil !

L’effet de groupe y est peut-être pour quelque chose.

La surprise fut plus pour les observateurs de la scène…

Read more

Un oiseau peut en cacher un autre !

Lors d’affûts photographiques, il n’est pas rare de voir apparaître dans le viseur d’autres oiseaux que celui recherché !

En observant et photographiant les spatules fin avril, nous avons eu droit à la visite d’un voisin ! Un faucon crécerelle qui avait établi son nid à une dizaine de mètres de celui d’un couple de spatules.

C’est “au bruit” qu’il a signalé son arrivée, avec un cri caractéristique bien identifiable parmi ceux des jeunes hérons, cigognes ou aigrettes présents sur le site.

Observer un rapace est un moment magique ! Le photographier une chance ! Mais il est rare qu’il s’éternise devant l’objectif…

Read more

De la pédagogie, dès la prise de vue !

Parfois certains visiteurs nous posent cette question quasi inévitable : avec quel matériel photographique travaillez-vous ?

La réponse attendue est souvent liée à la marque du boitier, le type d’objectif, la focale…Et généralement la discussion se termine par cette remarque : avec ce genre de matériel de pros, c’est normal de réussir ses photos !

Difficile de faire comprendre que le premier et le plus important des matériels utilisés est… l’oeil !

Autrement dit, tout commence par l’observation… Même si certaines prises de vue nécessitent un matériel puissant, beaucoup d’images sont aussi réalisées avec un matériel plus modeste.

Lors d’une séance de prises de vue dans un observatoire ouvert au grand public, j’ai vu arriver deux photographes « armés » de puissants téléobjectifs et habillés en tenue de camouflage de la tête aux pieds ! Ils sont restés moins de 5 min sur le lieu et ont réussi à déclencher en rafales sur tout ce qui passait devant eux. A 10 images par seconde, je vous laisse faire le compte… La lumière n’était pas bonne, l’activité des oiseaux quasi inexistante, donc je doute qu’il y ait beaucoup de photos réussies ! Par contre les oiseaux chantaient, un vrai récital ! C’était cela l’intérêt du moment, je pense. Tout cela pour dire que la photographie de nature demande patience, observation, écoute et un minimum d’intérêt pour ce que l’on a devant les yeux !

Si vous vous intéressez aux oiseaux, vous réussirez à coup sûr de bonnes photos car vous connaîtrez votre sujet ! Certaines réserves naturelles animent des stages photo avec une réelle pédagogie et un apprentissage pas à pas de l’environnement et de la photo. Ce sont de bonnes bases pour commencer et ces astuces vous permettront de revenir seul sur le site au fil des saisons, et de capter les meilleures ambiances et attitudes des animaux. Parmi elles, nous vous recommandons les stages de découverte de la photo animalière organisés par les équipes du parc du Marquenterre, en Baie de Somme, très instructifs et pédagogues ! Pour plus d’infos: http://www.parcdumarquenterre.com/

Read more
Lorem consequat. dolor. amet, Donec ut